Location,TX 75035,USA

Comment pratiquer la responsabilité sociale des entreprises ou RSE ?

Afin de tout savoir sur la gestion

Comment pratiquer la responsabilité sociale des entreprises ou RSE ?

Les activités de RSE sont passées d’une approche essentiellement philanthropique à une approche à valeurs plus partagées. Aujourd’hui, les entreprises prospères se concentrent sur les questions socialement responsables qui sont directement pertinentes pour leurs opérations. Les activités de RSE se répartissent en quatre grandes catégories. Ils ne s’excluent pas mutuellement, alors cherchez des moyens de les intégrer tous dans votre planification d’entreprise et d’activité. La responsabilité philanthropique implique de redonner à la communauté et de faire un don à de bonnes causes sous forme de temps, d’argent ou d’autres ressources. La responsabilité environnementale implique des efforts pour réduire votre empreinte carbone en adoptant des politiques respectueuses de l’environnement. Le label responsabilité sociétale exige que des pratiques commerciales loyales soient utilisées par votre entreprise et tous ceux de votre chaîne d’approvisionnement. Cela affecte la façon dont les employés sont traités, les contrats sont gagnés et les affaires sont menées. La responsabilité économique fait référence au fonctionnement selon des pratiques commerciales philanthropiques, environnementales et éthiques saines d’une manière rentable et pouvant soutenir une croissance à long terme.

Les piliers de la responsabilité sociale des entreprises

Le pilier environnemental retient souvent le plus l’attention. Les entreprises se concentrent sur la réduction de leur empreinte carbone, des déchets d’emballages, de la consommation d’eau et de leurs effets globaux sur l’environnement. Les entreprises ont constaté qu’un impact bénéfique sur la planète peut également avoir un impact financier positif. Réduire la quantité de matériau utilisé dans l’emballage réduit généralement les dépenses globales sur ces matériaux, par exemple. L’un des défis du pilier environnemental est que l’impact d’une entreprise n’est souvent pas entièrement chiffré, ce qui signifie qu’il y a des externalités qui ne sont pas prises en compte. Les coûts globaux des eaux usées, du dioxyde de carbone, de la mise en valeur des terres et des déchets en général ne sont pas faciles à calculer, car les entreprises ne sont pas toujours les seules à assumer les déchets qu’elles produisent. C’est là que l’analyse comparative entre en jeu pour essayer de quantifier ces externalités, de sorte que les progrès dans leur réduction puissent être suivis et rapportés de manière significative. Le pilier social renvoie à un autre concept mal défini: la licence sociale. Une entreprise durable doit avoir le soutien et l’approbation de ses employés, des parties prenantes et de la communauté dans laquelle elle opère. Les approches pour obtenir et maintenir ce soutien sont diverses, mais cela revient à traiter les employés équitablement et à être un bon voisin et un membre de la communauté, localement et globalement. Le pilier économique de la durabilité est là où la plupart des entreprises se sentent sur des bases solides. Pour être durable, une entreprise doit être rentable. Cela dit, le profit ne peut pas l’emporter sur les deux autres piliers. En fait, le profit à tout prix n’est pas du tout ce qu’est le pilier économique. Les activités qui s’inscrivent dans le pilier économique comprennent la conformité, la bonne gouvernance et la gestion des risques. Bien que ce soient déjà des enjeux de table pour la plupart des entreprises nord-américaines, ils ne le sont pas à l’échelle mondiale.